MONASTÈRE INTÉRIEUR.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» "Pardon" en Bretagne
Sam 23 Juil - 22:30 par Vévette

» En hommage à notre Maman à Tous - Marie -
Lun 18 Juil - 20:34 par myrdhin

» Présentation
Lun 18 Juil - 20:22 par myrdhin

» nouveau site
Dim 10 Juil - 18:57 par Philippe

» construction pour fondation
Ven 1 Juil - 11:04 par Philippe

» Présentation
Ven 1 Juil - 10:13 par Philippe

» Des lectures
Jeu 30 Juin - 21:51 par père émérite

» Garabandal
Dim 26 Juin - 11:22 par Philippe

» Tout se réalise
Dim 26 Juin - 11:16 par Philippe


Charte en construction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Charte en construction

Message par Philippe le Dim 12 Juin - 9:14

CHARTE DU MONASTÈRE INTÉRIEUR.




‟ Venez et voyez, les boiteux marchent et les aveugles voient ”.




C’est l’heure de tourner la page,
d’avancer sans plus te retourner,
c’est l’heure de regarder le soleil,
face à face, sans plus aucun regret.
C’est l’heure, de gagner l’autre rive.


C’est l’heure, de porter tes frères,
toi qui n’a jamais su tenir debout,
de leur apporter la lumière,
toi qui ne fut jamais, qu’un pauvre insensé.




Non pas qu’il faille renoncer à l’amour et au mariage si telle est sa vocation, mais tout amour vrai est reçu dans l’oblation au pied de la croix dans l’unique amour de

 ‟Jésus mon seul amour’’.

Comme les oblats de la fille de Sion ; la fille de Sion n’étant autre que l’Église, Les petits agneaux du monastère intérieur ont le désir, si petit soit-il au début, de s’offrir au Seigneur dans une offrande totale d’amour.

Mais dans un monde qui ne recherche plus que le plaisir et qui est voué à la tristesse et au désespoir, Il est promis aux oblats dés ici-bas la joie et le bonheur du ciel. Peut être même que leur dernière épreuve sera d’avoir à porter un trop grand bonheur et une trop grande joie que leur cœur ne pourra contenir.

Essayez et vous verrez.

Qui est invité ? 

Mais tout le monde : Jeunes, vieux, veufs et veuves, religieux et personnes mariés ou fiancés. Car le monastère intérieur ne cherche à copier une spiritualité spécifique aux moine ; mais plus profondément encore transcende les états de vie pour rejoindre notre vocation première : le baptême.

Bien entendu les divorcés remariés et les personnes dans le péché seront elles aussi accueillis comme hôtes en vue d’un cheminement.

Mais le monastère intérieur connaît une graduation parmi les membres. A savoir :


Le chemin.

C’est un secret pour personne que désormais le monde est entré dans la tempête, et une tempête qui risque fort de s’accentuer encore. On peut donc voir le monastère intérieur comme un vaisseau, mais un vaisseau de paix au milieu des flots déchaînés. Et notre regard se tourne en tout premier lieu vers Marie Immaculée l’arche d’alliance :


Arche qui s’avance, dans les flots déchaînés,
Joie de toute les joies’’.



Mais plus précisément le monastère propose trois degrés de participation : les invités, les postulants, les engagés.



  •                   Les invités : découvrir les trois blancheurs.


Dans ce monde tumultueux plein de tentations, et disons-le, dans une Église en crise secouée de bas en haut, comment être sûr de ne pas tomber, prendre le chemin de l’erreur et du schisme ? Comment être sûr d’arriver à bon port ?

La question peut être angoissante, mais saint Jean Bosco nous a donné la réponse par sa vision du vaisseau qui avance en pleine tempête, mais protégé par trois colonnes, trois blancheurs qui sont : Marie, le pape et l’eucharistie. Le vaisseau c’est nous, c’est la véritable Église , et c’est je l’espère aussi le monastère intérieur. Tant que nous serons fidèle aux trois blancheurs, nous ne risquerons pas de tomber de façon grave ou prendre le chemin du schisme ou de l’apostasie.

Il est donc seulement demandé aux invités de s’interroger sur les trois blancheurs :


Marie, le pape et l’Eucharistie.





  •  Les postulants. Engagement à la pureté, la sagesse et l’obéissance.



Ensuite et suite à la découverte du monastère et le partage entre frère on peux vouloir s’engager pour de bon et vivre plus pleinement le mystère des trois blancheurs. Il est alors demander trois choses aux postulants.

Avoir une vie religieuse régulière, c’est à dire fuir le péché, aller à la messe au moins le dimanche etc...

s’efforcer d’être fidèle au chapelet quotidien.

Faire une consécration simple à Marie.

En outre, et comme ‟le frère soutenu par son frère est une forteresse imprenable’’ il sera demandé de rejoindre une fratrie de deux, trois ou quatre frères et sœurs afin de s’entraider et partager avec eux les joie et les peines de la vie spirituelle. Tout en appartenant à une fratrie, il faudra aussi être en relation avec une autre fratrie afin que celle-ci soit ouverte et non fermé ; ce qui finirait par constituer un certain danger.

mais surtout et dans l’approfondissement des trois blancheurs, faire un engagement solennel de suivre particulièrement les trois vertus de pureté, de sagesse et d’obéissance pour une durée de douze ou dix neuf mois (la discussion est en cours avec le père sur la durée).

Par la suite il serait mieux que cet engagement soit fait avec un prêtre, à l’issue d’une retraite pour de bon et non en virtuel. En signe symbolique de son engagement le postulant recevrait alors un signe distinctif comme un scapulaire, un habit ou même les deux.... Après tout dans l’Église des laïcs reçoivent bien un habit d’engagement, comme dans l’ordre de Malte par exemple ; la chose est donc bien admise.



  • [size=18]                    Les engagés. [/size]


Mais ensuite après avoir découvert les trois blancheurs et les trois vertus de pureté, de sagesse et d’obéissance, après quelques années (à définir) le postulant peut vouloir vivre un engagement définitif et une consécration plénière en tant que baptisé. Définitif car :


celui qui après avoir mis la main à la charrue se retourne n’est pas digne du royaume des cieux’’.




Le postulant fera donc son engagement définitif auprès d’un prêtre, et recevra à cette occasion un scapulaire ou un habit en signe distinctif de son engagement.

Il serait bon que des couples mariés fassent ensemble leur engagement, voir si possible toutes la famille, pourquoi pas ?

L’engagé s’engage alors alors à une vie de consécration plénière sous ses trois aspect :

- La consécration au Sacré Cœur. Mais avec les modalités admises selon l’inspiration du Saint Esprit : consécration aux deux cœurs de Jésus et de Marie, voir consécration aux trois cœurs de Jésus, de Marie et de Joseph.

- L’offrande d’holocauste à la miséricorde Divine de la petite Thérèse.

- La livraison à la Divine volonté du Père des Cieux.

Cette livraison à la Divine volonté du père est le point essentiel, le but, la clef de voûte. On pourrait presque dire qu’il tient lieu de tout le reste qui n’en est qu’une préparation.

Mais ces actes ne sont pas des actes magiques et ne servent à rien si on ne les a pas compris. Ils engagent le cœur, l’intelligence et la volonté. Il faudra donc une bonne formation et une bonne ‟’lectio divina’’ afin de les comprendre comme il faut.

Accompagnement. 


Le frère soutenu par son frère est une forteresse imprenable ‟.



Nous partons du virtuel ; c’est là notre point de départ, notre force mais aussi notre faiblesse. Il est donc demandé à tous de réduire le virtuel autant qu’il sera possible. Et pour se faire le monastère préconise trois choses :


  • Les postulants doivent être impérativement suivi par un maître ou maîtresse des postulants ayant fait la promesse               d’engagement,désigné par le père et le responsable du monastère.
  • Les membres doivent se mettre en binômes, trinôme ou plus, dans une relation régulière, et échanger entres eux : nom, prénom, adresse, téléphone, photos etc...dans toute la mesure du possible

  • dans la mesure du possible et quand la situation géographique le permet, les membres doivent constituer entres eux un groupe de prière, en autant de petits foyer de charité.

  • D’une façon générale, invités, postulant ou engagés sont spirituellement suivi par l’aumônier du monastère intérieur, ou bien par un prêtre agréé par celui-ci, non par un vœux d’obéissance mais en recevant volontiers de lui enseignements et conseils.



Toutefois. Si l’accompagnement par un maître ou maîtresse des postulants est de règle pour l’adhésion au monastère intérieur, en aucun cas on ne peut exiger que le guide spirituel soit membre du monastère ou même du Peuple de la Paix.

Retraite.

Le virtuel doit avoir ses limites, et dans toute la mesure du possible, il est demandé aux adhérents du monastère de faire une fois par an une retraite commune dans un lieu qui sera choisi ensemble.

Prière.


celui qui prie sept fois par jour ne tombe jamais ‟.



Dans la chrétienté, il existe bon nombre de prières ou d’oraisons vivement recommandée, et je pense par exemple aux quinze oraisons de sainte Brigitte. Mais sans rejeté ces dévotions particulières, le monastère intérieur privilégie la norme habituelle de l’Église invitant les religieux et les fidèles à y participer de façon universelle. A savoir :





  • l’office des heures : laudes, milieu du jour, Vêpres, complies.

  • Adoration du Saint Sacrement.

  • Chapelet

  • messe.



Bien entendu à cause des charges de travail, de famille ou d’étude, il n’est pas toujours possible d’effectuer ces quatre recommandations d’Église. La règle de prière devra donc être modulée selon les possibilités de chacun en son âme et conscience, si possible avec un conseiller de son choix.

Charité.

Si le monastère devait avoir une règle, on prendrait celle de saint Philippe de Neri : la charité. Ou plus exactement l’Évangile et rien d’autres que l’Évangile.

Le petit agneau ne se met jamais;du coté des accusateurs mais de la miséricorde et du pardon.

Le petit agneau n’est jamais négatif, mais toujours dans la confiance et l’espérance.

Si parfois il faut malgré tout et par devoir dénoncer le mal, ce sera toujours pour annoncer le retour à paix, la joie du christ, et la délivrance du mal qui toujours fait souffrir. Attention car la vérité sans charité ni intelligence peut tuer plus que le mal lui-même soi disant dénoncé.

Malgré les épreuves et les douleurs de la vie, le petit agneau s’efforce de présenter à tous un visage souriant afin de témoigner de la résurrection et du bonheur éternel.

Le petit agneau se met d’emblée au service des plus pauvres de son entourage, Attentif au besoin des autres plus qu’à ses propres besoins, comme Marie aux noces de Cana qui a su voir que le vin venait à manquer.

Bref toujours apporter l’espérance dans un monde qui l’a en grande partie perdue.

Pentecôte perpétuelle.

Le petit agneau vit la pentecôte perpétuelle et en fait même sa règle de vie. La pentecôte perpétuelle se définit dans une équation simple. Pour être l’objet d’une pentecôte perpétuelle il faut être :

Tous unis, autour de Marie notre mère, dans la prière continuelle et le sacrifice perpétuel.

Esprit du monastère.


L’esprit du monastère transcende l’état de vie, religieux, marié ou célibataire. Et plus qu’une consécration religieuse en appelle à la consécration première : le Baptême.

Cet esprit ne copie donc pas la spiritualité des moines qui leur est propre, mais chacun quel que soit son état de vie pourra en recevoir un plus en le mettant face à la promesse de son baptême.

Le monastère se met d’emblée dans la voie des petites âme, des petits agneaux du Seigneur, sur le chemin de l’enfance spirituel de la petite Thérèse. Mais plus que l’abandon Thérèsien, le petit agneau du monastère brûle les étapes et vit la livraison. Plus qu’être un petit enfant obéissant à son père, le petit agneau reçoit du Père d’être un nourrisson, un enfant dans le sein de sa mère, tout dépendant d’elle. Et pour tout dire, plus qu’être seulement obéissant, le petit agneau se livre à la
DIVINE VOLONTÉ DU PÈRE.

Doctrine.

Les petits agneaux suivront une formation religieuse afin de bien connaître leur foi, mais une doctrine solide et simple que l’on pourrait formuler ainsi : ‟que la doctrine de l’Église et toute la doctrine’’ sans hypothèses hasardeuses, ni fables inutiles ni extrapolations. On pourrait dire que tout en s’inspirant de toutes les écoles et en les acceptant toutes, le petit agneau appartient d’abord à la doctrine de Rome et de l’Évangile.



La mission.

Et enfin nous finirons par la mission des petits agneaux car il n’est pas de consécration sans envoie en mission.

Comme les petits agneaux des derniers temps, conduire le monde à la civilisation de l’amour, la grande pentecôte d'amour fraternel, le baptême de feu et la troisième ère du monde. Mais en passant et en faisant passer nos frères par la grande épreuve du sang de l'agneau et la Divine Volonté du Père. 





Philippe
Admin

Messages : 37
Date d'inscription : 03/08/2010
Age : 68
Localisation : Maisons Laffitte

http://leschretienspourtous.monalliance.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum